Le Lillois Mouloud Bouzidi soupçonné d’espionnage pour le compte de la France

Mouloud Bouzidi photo

Aux premières heures des festivités du Ramadan, tandis que toute la communauté s’active et célèbre chaque soir dans la joie l’ « iftar » (dîner de sortie du jeûne), que chaque représentant musulman multiplie les prêches, appelle aux dons pour les nécessiteux, organise des rencontres, etc, le directeur du CBSP (Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens) , a été bannis par ses pairs d’une conférence à la mosquée de Lille.

Pourtant, les prêches, Bouzidi s’y connait. Invité très régulièrement dans de nombreuses mosquées de France au nom de son association d’aide aux Palestiniens, il est désormais connu dans la communauté musulmane de France.

Or le sixième jour du Ramadan, Bouzidi devait se rendre à la mosquée de Lille pour un grand rendez-vous annuel, et s’exprimer face à une foule importante. Ce jour-là, Bouzidi ne s’est pas présenté devant l’assemblée de fidèles. Selon les rumeurs qui n’ont pas tardé à circuler, les organisateurs de la conférence lui auraient enjoint de rester chez lui ce jour-là et de ne pas se faire remarquer pendant un moment. Les allégations de « trahison » et d’espionnage qui pèsent sur lui entravent peu à peu sa liberté de mouvement. « Assigné à résidence », il est au cœur d’un tollé, l’accusant, le condamnant, le salissant pour un espionnage présumé.

Bouzidi est en effet suspecté d’être un agent du MOSSAD, les services secrets extérieurs d’Israël. Il aurait lâché tour à tour des informations, des renseignements ultraconfidentiels récoltés lors des campagnes en Palestine, au Liban, en Jordanie ou en Egypte et détournant les fonds au profit de l’armée israélienne et d’organisations sionistes. Il aurait d’ailleurs été, dit-on, sur la fameuse flottille vers Gaza (la flottille turque où il y avait eu des morts), afin de donner des renseignements aux israéliens. Ce qui s’avèrera être plus qu’utile.

Officiellement membre des Frères musulmans en France, il est donc « officieusement » un agent double, dont la couverture a été dévoilée il y a peu de temps.

« Son nom est désormais interdit dans la communauté, tout le monde se méfie de lui. Soubhan Allah on découvrira bientôt tout ce qu’il se cache derrière les rumeurs », a avoué un fidèle musulman de Lille, sous couvert d’anonymat.